L’instant T

Pourquoi est ce si compliqué de vivre au présent ? De ne pas être happé par le passé. Sans trop cogiter à ce qu’il pourrait se passer…plus tard. Eviter d’être parasiter sans cesse par des pensées en tous genres. Le cerveau qui turbine et avec tout ça, nous passons à côté de l’essentiel. C’est un fait: le passé ne peut être modifié. Et c’est notre manière de créer le quotidien qui illuminera sereinement les jours futurs. D’accord, d’accord, facile à dire..mais concrètement ? qu’est ce qui fait qu’en vieillissant , la spontanéité enfantine s’estompe, voire disparaît ?

SKMBT_C224e15111212291_0001

Je trouve dingue que notre cerveau demande plus d’effort pour être pleinement présent et optimiste. La peur du temps qui passe nous pousserait elle au paroxysme ? Pour certains il est compliqué  parfois d’être là à 100 %, arrêter d’angoisser pour tout et rien. Pour en plus, après coup se dire que cette soirée avec des amis était super, sans s’en rendre compte sur le moment, l’esprit encombré de dizaine de questionnements, de projections, d’interprétations etc. Et au final, regretter ce type d’instants partagés, avec l’impression qu’on ne le revivra peut être plus de nouveau. Le syndrome du « c’était mieux avant ». Ou alors, toujours à penser à ce qu’il pourrait arriver, se projeter dans le lointain. Il y a une différence entre être prévoyant et vouloir contrôler ou prédire l’avenir. Toujours la tête dans l’après, zappant ce qui nous entoure actuellement. Tout cela représente autant de poids sur nos épaules. Sans sombrer dans le  » no future » total, il existe de nombreuses techniques pour profiter de l’instant.

SKMBT_C224e15111212290_0001 SKMBT_C224e15111212270_0001

C’est un travail sans cesse à mettre en place. Personnellement,j’y parviens de plus en plus en m’écoutant d’avantage , arrêter de m’obliger à me rendre à des rendez vous alors que je ne me sens pas d’attaque, par exemple. L’importance de suivre ses envies profondes, en se détachant de ce que les autres pourraient penser. Suivant mon instinct. Choisissant le bon moment.  Ainsi je me rends plus disponible au bien être et aux autres. Le changement se fait réellement sentir, quelle sensation de légèreté !  Le yoga, la sophrologie, la psychothérapie sont de très bons outils qui m’aident à dépasser et à briser ces mécanismes négatifs qui me faisaient. -A chacun de trouver sa botte secrète-. Et les pensées parasites sont de moins en moins gênantes. Je me sens plus ancrée dans la réalité. Peut être aussi qu’en vieillissant et en voyant vieillir ceux qui me sont proches, je comprends mieux que chaque jour compte (même si j’aurais aimé le comprendre plus tôt, je suis contente de l’avoir enfin assimilé).

SKMBT_C224e15111212281_0001SKMBT_C224e15111212280_0001

Un peu comme les photographies,qui capturent l’instant pour garder l’image de ce que nous étions, d’un instant heureux. S’accrocher pour faire perdurer…. Mais le souci lorsqu’on joue au photographe c’est que cela nous poste encore dans un rôle de spectateur. Quelque peu nostalgique par la suite, le nez sur ces vieux clichés. Alors…Hop,arrêtons de regarder la vie défilée par l’iris d’un appareil, un petit polaroid (comme ceux qui illustrent cet article) et on repart dans la fête ! Devenir acteur de notre propre vie. Savourer l’instantanée , tout un programme !

Et vous, vous sentez vous pleinement dans le présent ? Ou êtes vous trop nostalgique ou au contraire constamment à penser à l’avenir, voire les deux ? Avez vous testé des méthodes pour être à 100% là ?