S’écouter

Voyager seule, c’est apprendre à faire face aux regards ,aux projections, aux appréhensions, aux jugements d’autrui. Mais c’est aussi apprendre à s’écouter, à observer sa vie et celle des autres avec un regard différent. Apprendre à gérer des moments de solitude, de doutes. Apprendre à être indulgent envers soi même, et parfois comprendre que l’on est dans l’erreur. Et en sortir plus riche.

mediatheque des capucins brest

Je suis d’une nature assez positive, curieuse, et pleine d’espoir en temps normal, mais un peu anxieuse, et plutôt sensible aussi, ce qui fait que ma manière d’appréhender la vie, n’est pas celle de la majorité des personnes. J’ai souvent du mal à gérer mes émotions,une situation que je considère être un « échec » ou parfois les changements de programme , ce qui peut créer chez moi des réactions « excessives, inappropriées » ou désordonnées . Tout cela est très fluctuant.  Avec le temps, j’ai appris à le gérer (mais depuis un certain temps cela redevient compliqué) . Lire la suite

De la bonté

Il y a des jours comme ça, où peut être la confiance en l’autre devient un effort, où garder espoir est une lutte, où le sentiment de lassitude et d’injustice prédominent. On se sent seul, et on ne comprend pas pourquoi tout s’obstine à ne pas tourner rond. Se dresse un bilan humain pas très reluisant, le boulot nous pèse et même ce qui d’habitude nous aide à aller mieux est épuisant. Et puis avec ce gros baluchon sur les épaules et sur le coeur, après une journée de travail sans joie, nos pas nous  mènent vers notre demeure. Et dans la boîte aux lettres se trouve une surprise, l’inattendue qui remplit de joie. Un ami a laissé un petit cadeau , une lettre de votre maman, et des cartes postales d’inconnus qui viennent de l’autre bout du monde. Cela aurait pu être aussi des copains que vous croisez et qui vous communiquent leur bonne humeur en quelques phrases. Un regard bienveillant, un sourire, un compliment d’une personne dans un magasin. La bonté est là, croyez le bien.

Elle est parfois cachée, souvent discrète. Le vrai don de soi ne fanfaronne pas. Ce n’est pas forcément un cadeau qui vaut des millions, parfois juste le paquet de vos bonbons préférés dont vous aviez oublié même y avoir fait référence; qui vous attend chez vous. Un repas préparé avec coeur. Un baiser sur le front d’un collègue, pour vous donner le courage de tenir à votre poste jusqu’à tard dans la nuit. Ces attentions qui font toute la différence. Qu’il est bon d’apprendre à capter et savourer

IMAG0634

crédit photo : Dormance Petit Chat Grain

S’il y a bien deux choses auxquelles je crois et je m’accroche pour avancer , ce sont l’espoir en la bonté humaine et l’effet boomerang. J’y ai déjà fait référence. Mais sans vraiment approfondir mon propos. Comme beaucoup, j’ai traversé des périodes difficiles, des obstacles, qui auraient pu me faire perdre foi en l’humanité. J’ai eu des phases de colères, de rancune, d’aigreur. Mélancolique de naissance , mais optimiste sur les bords. J’ai décidé à un moment d’être optimiste tout entière. Gros travail ! Mais en retrouvant petit à petit ce que je suis, une fois les épreuves passées et régurgitées. Je tente de m’ installer dans un cercle vertueux. Ayant déjà conscience que chaque acte a ses conséquences, bons ou mauvais. Comme dit l’adage « on récolte ce que l’on sème », ce que j’appelle l’effet boomerang. Je me suis positionné dans un autre rapport au don, plus celui où l’on donne avec en  toile de fond l’espérance d’être aimer , de donner une bonne image, donner trop à s’y perdre, donner sans réfléchir à tous comme pour s’assurer une place au paradis. Non, donner en sachant qui l’on est, donner lorsqu’on le souhaite vraiment, avec une vraie bonne énergie, sans se disperser. C’est en se respectant soi même que l’on offre le mieux. Et la récolte est tellement belle, elle arrive parfois comme tombée de nulle part, d’êtres dont on n’attendait rien. Avant j’étais gentille ,j’ai l’impression,  dans un égo mal géré, parce que ça donne bonne conscience quoi qu’il en soit, gentille dans l’oubli de soi, sans protection ni filet. Maintenant je suis gentille lorsque je le veux, que je me sens disponible, envers des personnes choisies. Je fais attention à mes mots, je suis moins dans le jugement, ou la critique facile, en tout cas j’essaye. Car à quoi bon donner à un et cracher dans le dos d’un autre. A mes yeux cela casse la dynamique. La bienveillance est une cohérence, une globalité.

En étant dans cette démarche, la vie me surprend tous les jours.C’est incroyable, malgré les doutes et les coups de mou, ce que je peux recevoir de positif ces derniers temps. Pour moi, je n’y vois qu’une réponse à tout ce cheminement, cette effet boomerang, qui me remercie peut être de cette fois où enfant j’ai pris dans mes bras cette camarade d’école que je ne connaissais pas, car elle pleurait dans un coin.Juste pour la rassurer.  Cela m’aide également à être moins déçue des autres car je donne à bonne escient, en y mettant la valeur et la symbolique que je veux, en sachant que cela vient de moi, de ma propre initiative. Sans trop attendre en retour. Comprendre que votre cadeau, ce n’est pas vous. Que s’il n’est pas apprécié,ca ne veut pas dire, que c’est vous qui ne l’êtes pas (point de vue très difficile à atteindre, je trouve). Ce qui permet de ne pas être dans le reproche, quand mon présent n’est pas reçu comme je l’aurais voulu. Quand au final, on s’aperçoit que proposer à une amie d’aller au restaurant lui donne plus de joie, qu’un cadeau matériel, on tend plus à abonder dans des initiatives de ce genre. Pour cela il nous faut l’écoute, celle qui nous guidera dans le bon chemin.

L’écoute de soi, puis des autres. La bienveillance envers soi même et les autres . La bonté. Font partie des clefs , à mes yeux, pour une vie plus douce. C’est un exercice au quotidien, difficile. Traitez les autres, comme vous aimeriez qu’on vous traite. Vous le recevrez un jour ou l’autre, soyez en sûrs. Et, surtout ne l’oubliez jamais, les gens gentils existent. Il y a des tarés, des manipulateurs,des agressifs etc certes. Dans toute cette masse d’humains, il y a des gens biens, tout aussi complexes que vous, avec leurs contradictions, mais des gens biens quand même. Gardons espoir et le sourire,  propageons la bonne humeur.