Un voyage spatial

Récemment, j’ai pu enfin me rendre à une librairie jeunesse…mais pas que, à Hyères les Palmiers, qui porte le joli nom de Soupe de l’Espace.   Je dis enfin, car depuis le temps que des membres de ma famille m’en disaient grand bien, j’avais eu loisir de suivre leur page facebook , ainsi que leur blog,où sont partagés des coups de coeurs livresques, mais aussi de belles illustrations, où j’ai pu apprendre qu’ils mettaient en place des événements engagés, des discussions, des conférences , mais aussi artistiques. Tout pour me plaire déjà ! Et il s’avère que depuis peu, au sein de cette chouette librairie, il y a une épicerie de vrac !! Joie dans mon coeur, un magasin de livres et de vrac , qui font partis de mes lieux préférés rassemblés dans un seul et même lieu. Il fallait que je vois ça ! Et pourquoi ce nom amusant ? « La soupe pour grandir…et l’espace pour rêver.  » C’est beau ! hop, plongeons dans le bouillon…

Ce qui me meut: Marie Desbons / La soupe de L'espace

En rentrant dans la boutique , des livres…des livres partout ! Oui normal , c’est une librairie. Mais pas forcément des livres lambdas, bestsellers , vus et revus.Plutôt des ouvrages choisis avec coeur, réellement mis en avant, qui ne s’étouffent pas les uns les autres. Des bandes dessinées, des romans, des livres d’art…tout pour ravir nos yeux. Une belle expo accrochée aux murs. La tentation est grande ! Au milieu de la pièce, quelques marches comme une trappe, un passage secret au son d’une cigale vigile, qui annonce votre arrivée. Et en bas la caverne d’Ali Vravrac 🙂

Lire la suite

L’effet bocal

Voila une belle histoire, encore grâce à ce blog. J’avais découvert Mathilde grâce  à son blog  « Une graine dans mon chapeau », où elle montrait ses créations de couture. Entre graines on s’entend bien. Puis tout en continuant de créer et de donner des cours de couture. Elle s’est lancée dans un projet que je ne pouvais que soutenir ! Une épicerie de vrac à Poitiers,avec sa comparse Maryse. Une belle histoire aussi que leur rencontre, leur engagement et leurs espoirs communs. Elles avaient envie de faire leur part de colibris, d’aller plus loin que leurs « petits » gestes verts dans la vie quotidienne. Elles ont donc décider de monter l’Effet bocal !

Pendant des mois, elles ont partagé avec nous leur parcours du combattant , ainsi que les belles rencontres avec des producteurs locaux. Elles ont mis en place un financement participatif, des ateliers pour mieux se faire connaître. Cette aventure a été passionnante à suivre, mais quel travail !! De vraies wonderwomen du vrac ! Et le 20 mai, c’était le jour qu’elles attendaient tant, tout en le redoutant un peu…l’ouverture ! Il fallait que j’aille voir ça de plus près, je leur ai donc fait la surprise de venir à cette occasion. 🙂

Dès 9h30, la boutique n’a pas désempli. Des curieux passant par là, des petites mamies du quartier, comme des clients fans du vrac et attendant cette épicerie avec impatience, certains venant de loin. Tout le monde a joué le jeu, arrivant avec leurs sachets, leurs boîtes en tous genres. Ravis du principe.

La boutique n’est pas dans le centre ville de Poitiers, mais dans le quartier de Montmidi. Elle est très facile d’accès, j’y suis montée à pieds depuis l’auberge de jeunesse, il y a un arrêt de bus juste devant la place centrale , et de quoi se garer ou mettre votre vélo…aucune excuse pour ne pas y aller.

Que trouve t on dans cette épicerie ? …beaucoup de choses. La majorité des produits sont locaux, et bio c’est toujours précisé sur l’étiquette. Il y a plein de sortes de pâtes, des bonbons, des gâteaux ( même sans gluten, que j’ai pu gouter ! délicieux) , des farines, des produits laitiers, oh la belle motte de beurre ! De l’huile, des vinaigres, du vin, des fruits et légumes, du café à moudre sur place. Certains aliments ne sont pas en vrac, mais sont contenus dans du verre. Des jus , des soupes, des terrines, le paradis des gourmands.

Ce que j’ai adoré à l’Effet bocal, et que j’ai rarement vu dans d’autres épicerie du genre. C’est le vinaigre blanc, le bicarbonate et autres éléments nécessaire pour créer ses produits ménagers écolo, en vrac. C’est vrai que le vinaigre blanc, on en utilise beaucoup, donc si on peut éviter les bouteilles en plastique à racheter chaque mois. Ainsi que de la lessive et autre produits vaisselles pour remplir vos anciens bidons.

Et pour que tout soit complet, vous trouverez des pains de savons, shampoings solides, dentifrices faits dans la région. Des brosses à dent en bois, des gourdes et des pailles en métal , des sacs pour le vrac, de quoi remplacer l’essuie tout…pour aller au bout de la démarche zéro déchet, et des livres pour s’informer !Et même quelques objets de créateurs locaux.

En plus de cette caverne d’Ali Baba, des ateliers seront proposés pour apprendre à faire sa propre lessive par exemple; et d’autres astuces pour réduire son impact écologique. Maryse et Mathilde ont tout pensé, jusqu’à la belle déco qui fait de ce lieu , un endroit atypique et agréable.

Bravo encore à elles ! Je leur souhaite toute la réussite qu’elles méritent.

Photo souvenir avec les wonderwomen du vrac

L’effet bocal 5 rue Léopold Sédar Senghor Poitiers

Autrement Vrac

J’ai envie ces derniers temps de mettre en avant des personnes, des initiatives dont la démarche me parle. Aujourd’hui, j’aimerais vous présenter un nouveau magasin qui a fait son inauguration à Salon de Provence ,le 16 juin 2016 très exactement ! C’est un magasin pas comme les autres, de ceux que je souhaite fortement voir fleurir dans toutes le villes de France. Il s’agit d’une épicerie  où tous les produits sont en vrac ! Le paradis du zéro déchet, la caverne d’Ali Baba (ou plutôt de Gisèle ) des minimalistes et autres colibris à la verte pensée. Je m’y suis rendue pour le premier jour d’ouverture , afin de rencontrer l’adorable Gisèle et de découvrir les lieux. J’en suis ressortie avec le sourire, heureuse confiante en l’avenir, en pouvant concrètement me dire que ca y est les choses bougent et changent pour le meilleur 🙂 Direction rue de l’horloge  !

Ce que j’ai apprécié dans cette boutique (outre son concept bien sûr), c’est l’aspect pédagogique et accessible qu’il en ressort. Tout d’abord, étant donné que c’est un concept nouveau qui bouscule nos habitudes, Gisèle vous propose, si vous n’aviez pas pensé venir avec vos contenants. De vous vendre, des bocaux, boîtes, sachets en tissus etc pour pouvoir faire vos courses (il y a aussi quelques sachets en papier, même si l’objectif étant de générer le moins de déchets). Ensuite tout est expliqué clairement à l’entrée, une balance est à disposition pour que vous pesiez votre emballage vide afin d’en calculer la tare , qui sera déduit une fois le passage en caisse. Histoire d’être honnête jusqu’au bout et de ne pas léser le client. Puis il y a un code couleur sur chaque étiquette pour définir si cela est bio, local, équitable ou tout à la fois.

Gisèle a mis un point d’honneur à faire principalement appel à des producteurs locaux, comme nous avons la chance d’être dans une région où l’on peut même trouver du riz (en Camargue) pourquoi se priver ? Ce qui permet un prix abordable. Et si ce n’est pas local , c’est majoritairement français et si ça ne l’est pas, c’est tout de même équitable et bio, comme pour le café, les épices etc. Chaque produit a son histoire, a été choisi avec soin, et tout ça est rassurant. J’ai adoré par exemple apprendre que les confitures proposées pour l’instant étaient, soit, de Nice, donc un peu loin. Mais faites à partir de fruits en surplus issus de jardins de particuliers (encore un beau projet !)

On y trouve vraiment de tout, des produits d’hygiène (facile dans la ville du savon) , de nettoyage, même du papier toilette en vrac ! Du vinaigre, de l’huile,du vin, des farines de toutes sortes, du chocolat, des céréales , des fruits et légumes etc etc. C’est magique ! Plus besoin de parcourir ma ville à l’affût du vrac, pour trouver le riz rue Gambetta, la tapenade rue d’Italie, les biscuits apéritifs rue Gaston de Saporta,… Même si j’ai l’habitude d’acheter certains de mes aliments en vrac, j’étais presque intimidée. Comment !? C’est vrai ? Je peux me servir du thé , comme j’en ai envie, la quantité que je veux , en autonomie totale ! Espérons que certains abrutis (car il y en a partout) ne profitent pas de cette confiance , pour croire que c’est en libre service, et grignoter sur place. Comme j’ai déjà pu le voir à Bio c’bon.

Vous avez compris, je suis « emballée » ! J’ai été ravie de constater que de nombreuses personnes sont rentrées par curiosité, durant ma présence dans le magasin, et que chacune était enjouées de ce nouveau lieu. Les discussions se faisaient naturellement, la découverte créant du lien  » c’est bien -me dit une dame- au moins on peut prendre exactement la quantité qui nous intéresse. Parce que d’habitude,si on achète un ingrédient juste pour une recette, après le reste nous encombre les placards un bout de temps ».  Au dire de la gérante, il y a beaucoup de retours positifs, l’accueil est très chaleureux. Et même au sein de  l’univers du vrac,des monteurs de projets, la solidarité et l’entraide sont au rendez vous.Les projets se multiplient et c’est tant mieux. Que ce soit sous forme de boutiques ou alors de commerces itinérants. Peut être qu’un jour me lancerai je aussi…Cela fait longtemps que ça me trotte dans la tête. Mais cela est une autre histoire.

Je suis revenue avec quelques achats, j’avais prévue mes sacs en tissus cousus mains. Mais ne sachant pas que j’allais trouver du thé, je n’avais pas amener mes boîtes adéquates…une prochaine fois !

Dormance Petit Chat Grain

Merci à Gisèle pour ce projet, et d’avoir pris le temps de répondre à mes questions malgré les autres clients présents (et patients , merci aussi). Je ne te souhaite que du bon pour « Autrement vrac » !