Récolte sauvage

Comme je vous en avais parlé dans ma liste des rêves à réaliser (Petits défis et grands rêves)  cela faisait longtemps que je voulais participer à un atelier pour apprendre à reconnaître les plantes sauvages comestibles. Dimanche dernier le soleil au rendez vous, nous sommes partis battre la campagne afin de ramasser de quoi se mettre sous la dent , accompagnés de deux supers profs 🙂

Départ pour  le village de Lauris dans le Vaucluse à une demi heure d’Aix en Provence. Nous arrivons dans la belle demeure d’Elisabeth qui est diététicienne  et naturopathe et qui propose en plus de ses consultations, des ateliers et fait gîte.

Minolta DSC

Dormance Petit Chat Grain

Une fois entrés Lisette nous accueille chaleureusement , tellement passionnée elle part déjà dans quelques explications. Une salle nous attend avec des panneaux explicatifs et des assiettes contenants ce que nous allons ramasser dans quelques minutes. Et même des idées de recettes. On goute ,on touche, et on tente tant bien que mal  de mémoriser quelques noms et formes avant de nous rendre sur le terrain. Les termes latins côtoient le provençal, on se régale tout autant de l’apprentissage que des anecdotes de cette femme pleine d’énergie et de savoirs.

 

Et c’est parti, pour la cueillette. Lisette a repéré des champs où l’on pourra bien remplir nos paniers. Doucettes d’eau, et doucettes en tous genre d’ailleurs, dans notre région visiblement dès qu’une plante à un goût doux elle porte le nom de doucette. L’oeil s’habitue petit à petit à repérer ce que nous cherchons. Tous les sens sont en éveil, certaines plantes sont même passés doucement contre visage -astuce des anciens ! – « si ça ne passe là , ça ne passera pas la dedans ». Pourtant , il existe des exceptions, nous avons ramassé du chardon marie , gare à ses piques !  Son goût est frais et rappelle le concombre. Et l’ortie , bien connue , ne passerait pas trop le test du visage, elle est malgré tout très bonne que ce soit gustativement ou nutritivement. Le panier se rempli très vite, et nous sommes tous étonnés de découvrir tout ce que nous pouvons en fait manger à portée de main.

Nos papilles en plein champs passent de saveurs en textures…Mais maintenant il est temps d’apprendre à les cuisiner !

Lauris Dormance Petit Chat Grain

crédit photo: Dormance Petit Chat Grain

En salade, en soupe, dans des gressins , chacun met la main à la pâte. Un repas sain que nous offre la nature, et visiblement bon pour la santé.

Soupe de cressonnette, ou de feuilles de coquelicots et d’herbe Saint Joseph, beurre de cressonnette, gressins aux orties séchées, nombrils de vénus remplis de crème à la pimprenelle et salade fleurie.

 

Bref un dimanche après midi, comme je voudrais en vivre plus, convivial, instructif, à profiter du grand air et du soleil. 3h heures intensives !

Si cela vous tente, il y aura encore des ateliers en mars et avril. Bien sûr la cueillette varie selon les mois et les saisons. En avril l’atelier sera autour des fleurs comestibles par exemple. Maintenant que le savoir a été inculqué, il est plus aisé de chercher dans les livres. Je pense qu’il vaut mieux apprendre dans ce sens d’ailleurs, quelques cours puis s’aider d’un livre.  De mon côté, j’ai hâte de tester quelques recettes , comme la soupe de roquette.

 

Pour de plus amples informations c’est ici :

Le grand jardin

95 Avenue de la Gare
84360 Lauris

tél.: 06 51 15 94 12
09 50 23 17 09

contact@legrandjardin.org

 

Découvertes et petits bonheurs III

L’automne provençal est enfin là . Les villages à l’odeur de cheminée se parent  au petit matin d’une écharpe de brume. La gelée arrive à pas discrets.  Les arbres changent de garde robe, et magnifient le paysage de leurs couleurs dorées. L’air pique le bout du nez et les oreilles, mais le soleil aux doux rayons est toujours là. Tout est bon pour récolter un peu de chaleur, les marrons du vendeur ambulant, on ressort les mitaines et les fonds de robe. Même les chats reprennent leurs quartiers d’hiver , nous comblant de tendresse féline . Le premier feu dans l’âtre , les heures ralentissent et se métamorphosent en préparation de compote ou soupes orangées, en moment de lecture lovée sous la couette , en tisane réconfortante faite maison ou en dégustation d’un kaki bien mûre. Pleins de petits bonheurs de saison qui nous poussent encore plus vers la douceur. Petit cocon feutré.

  • J’ai eu le grand plaisir , il y a quelques semaines, de rencontrer « pour du vrai » la blogueuse Julie de French Caen Caen dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois . C’est grâce au blog que je l’ai découverte, nos univers sont différents mais nous nous sommes très bien entendu…virtuellement. Car Julie habite en Normandie ! Elle a profité de son passage dans le Sud pour des vacances , pour s’arrêter le temps d’une demi journée afin de me faire un coucou ! Un très bon moment, qui m’a rempli de joie et de gratitude pour  la vie; qui prend parfois grâce à un rien une tournure si agréable.
  • Je suis allée voire le film irlandais Sing Street (années 80 une bande d’ados dublinois créent un groupe de musique et surfent sur la new wave) , une vraie petite bulle que je vous conseille d’aller voir. On en ressort le sourire aux lèvres et des chansons plein la tête.
  • Je me remets à cuisiner et j’en suis très contente. Je me fait un plaisir fou à ramasser tout ce que je peux dans la nature . J’ai ramassé des baies de genièvre pour agrémenter mes plats. Mais aussi des baies de cynorhodon que j’ai déshydraté dans mon four pour en faire des infusions. J’ai  fait de même avec les pelures de pommes bio et de coings du jardin. Des petits régals. Merci mère Nature !
  • Au marché, j’ai demandé au marchand d’olives de me les mettre dans un bocal (pour éviter le sac plastique) et il a accepté avec grande facilité ! J’étais tellement heureuse 🙂 La semaine d’après , en ressortant mon bocal, le client suivant voyant cela nous a dit « Mais quelle bonne idée ! Il n’y a plus qu’à le mettre tel quel dans le frigo. La prochaine fois je ferai pareil. » Et une victoire de plus ! Ce même jour le stand des thés, infusions et épices à accepté de mettre l’infusion aux fruits rouges que je lui achetais dans un de mes sacs en tissus. Tout ça fait doucement son chemin…

olives des baux du marché Dormance Petit Chat Grain

  • Comme je n’ai pas la télé,et que j’écoute la radio mais pas tous le temps et parfois d’un oreille distraite. Car les infos ont tendance à me déprimer. J’ai décidé de m’informer autrement. Tout en finançant un journal quasi local, car il est fait dans les Alpes de haute Provence, un des départements limitrophes au mien. C’est un journal informatif  plutôt positif et écolo. Il s’intitule L’âge de faire , et l’abonnement est tout à fait abordable.

L'âge de faire Dormance Petit Chat Grain

  • J’ai découvert dans le domaine de la « beauté » deux choses sympathiques : Du maquillage bio, emballé dans du carton , ce qui n’est pas très facile à trouver. Et un gant magique, écologique et économique, qui permet de se démaquiller sans produit. Juste avec de l’eau ! Lapiglove est une marque française qui plus est !

Gant Lapiglove Dormance Petit Chat Grain

  • J’ai récemment joué la touriste dans ma propre ville avec la visite guidée Le visible est invisible . Une bien belle découverte, et j’en avais bien besoin…je m’en suis rendue compte quand j’ai fait un tour de ville avec ma blopine normande. J’ai appris énormément de choses, grâce à Frédéric qui est un vrai conteur. J’ai ainsi su -entre autre- pourquoi la rue dans laquelle j’habite porte son nom. Et par exemple que l’oratoire que je vois tous les jours ne représente pas St Jacques de Compostelle comme je le croyais, mais St Roch. Pour connaître l’histoire de ce dernier et ce qu’il fait dans cette rue, il faudra venir faire la visite par vous même 😉

 

La liste des petits bonheurs pourrait être encore longue , il est bon de savoir les glaner de ci de là . Et vous quels sont vos petits bonheurs et découvertes du moment ?