S’inscrire à une AMAP

Après mon premier mois en Bretagne à courir dans tous les sens, à tenter de trouver mes marques, prendre le rythme etc. J’ai décidé de m’inscrire à une AMAP, (un panier bio chaque semaine comme à Aix en provence ) car travaillant le dimanche , je ne peux pas me rendre au marché de Cancale. J’avais repéré pas mal de vente à la ferme en me disant « la prochaine fois, j’y vais ! » mais je n’y allais pas. Et je me retrouvais au final très souvent à me rendre dans la grande surface du coin, ce qui n’est pas du tout en lien avec mes convictions. J’y voyais aussi un moyen de rencontrer de nouvelles personnes.

Mais qu’est ce qu’une AMAP ?

C’est une association qui crée du lien entre les « consom’acteurs » et des producteurs locaux souvent en bio. Cela permet de  payer au prix juste ces agriculteurs qui travaillent dur pour souvent malheureusement gagner peu. Favoriser les circuits courts.  Plus d’intermédiaires, c’est une vraie marque de soutien et d’engagement. Qu’importe si les paniers se ressemblent, ou si des intempéries gâtent les récoltes notre soutien financier est là, c’est un accord de base . Cela donne une source de revenue sûre aux agriculteurs participants au panier quoi qu’il arrive. On mange donc, de saison et local et souvent sans pesticide.  Et cela aussi nous fait rester dans l’humain , le ou la maraîchere.e peut sortir de la solitude de son champs, et nous nous mettons un visage sur la personne qui nous nourrit. J’ai récemment assisté à une conférence, intitulée « du champs au panier » avec trois agriculteurs et un membre fondateurs des AMAP d’Armorique. Le constat est assez alarmant, les terres agricoles comme les petits producteurs disparaissent de notre pays. Les gros céréaliers touchent beaucoup de subventions, quand de petits producteurs agricoles bio ne vivent qu’avec 700 euros d’aide. En parallèle à cela, les grosses entreprises ayant bien compris l’intérêt exponentiel pour le bio en France, profitent de ce business juteux en rachetant des terres et faisant pousser de manière intensive et pas si respectueuse que ça . Ou l’on crée des « fermes  » de milles vaches sur un plateau tournant ne voyant pas le jour, produisant du lait jusqu’à épuisement , l’animal n’est plus qu’un objet. Sans parler des quotas et des calibrages, qui mènent à  des gaspillages incroyables de nourriture pourtant comestibles. Dans mon panier bio j’ai des tomates et des pommes de terre de toutes les formes et de toutes les tailles. On s’en fiche, vu qu’elles ont un gout délicieux. (Et vous savez que c’est un sujet qui me tient à coeur car je vous en avais parlé ici et )

Lire la suite

Découvertes et petits bonheurs de juin

Quel mois incroyable !! Je me suis fait un peu absente ici et sur les réseaux sociaux ces derniers temps…mais c’est pour la bonne cause. Il s’avère que j’ai trouvé du travail, après un an de chômage, et la peur au ventre de reprendre le chemin du boulot. Craintive, suite au craquage nerveux que j’ai fait lors de mon dernier travail. Un rêve se réalise, et un poids de moins sur les épaules…je vous raconte ça plus bas.

Un feu d’artifice au bord du chemin…

En ce début juin, baptême, participation à un vide grenier avec des amis,et rando, j’ai aussi rendu visite à mon amie créatrice Les créations d’éli. Qui expose ses bijoux en origamidans une nouvelle boutique. Charlot et compagnie, rue Gaston de Saporta à Aix en Provence. Allez lui faire un coucou !

Lire la suite

Découvertes et petits bonheurs /Mai

Ce mois de mai m’a paru durer une éternité ! Je n’ai pas vraiment réussi à me tenir au défi que je m’étais fixé de revenir au rythme de deux articles par semaine…pourtant j’ai le temps. Mais j’essaye toujours de ne pas rester trop sur mon ordinateur. Je me suis remise à lire plus, ce qui me réjouit. Et je continue à aller de temps en temps au cinéma, un des objectifs que je m’étais fixé au début d’année (ici ). La pluie a ponctué mes jours voire mes semaines, comme vous j’imagine, où que je sois. Un des points positifs est de voir comme la nature provençale en tire bénéfice, je n’ai jamais vu ces paysages qui peuplent ma vie depuis des années aussi verdoyants. Des bosquets semblent même être sortis de terre le temps d’une nuit. Mais arrêtons de parler  météo pour une fois. Voici mes petits plaisirs mayen (oui oui ça existe j’ai vérifié 😉 )

  • Lors de mon séjour à Bordeaux, j’ai eu la chance de tomber pendant la fête des jardins (bon d’accord c’était les derniers jours d’avril, et non en mai, je triche un peu). Mes cousins m’ont donc emmené au parc du Bouscat , où j’ai pu observer de belles plantes, manger mes premières fraises,jouer sur des jeux en bois, m’émerveiller devant des biquettes et de poules trop jolies, mais aussi découvrir les initiatives mises en place autour de l’écologie dans Bordeaux Métropole. Il y avait même un coin sieste dans des hamac qui était proposé. Dans ce parc, on peut observer des ruches appartenant à la ville.

Je suis bien sûr repartie avec quelques gourmandises locales ! Des pestos de plantes sauvages (orties et ail des ours) et une confiture aromatisée à la fleur de sureau de Mathieu Pasquereau Le Goût des arbres

Lire la suite