Entre parenthèses

Il y a parfois des moments houleux, des sensations de perdre le nord, d’affronter des embruns jusqu’à boire la tasse. Dans ces moments là pour garder le cap, et rester  maître de son navire. Pour ne pas faillir en se laissant happer par le chant de certaines sirènes négatives. Voila ce qu’il est recommandé de faire: « Capitaine on est en train de couler !  »  « Ouvrez les cuves de rhum, que l’on chante , danse , tout en écopant ! » Oui cet exemple est totalement absurde. Mais voila le message : Il est bon de s’offrir le meilleur, des petits plaisirs de la vie quand le vent tourne mal. Comme j’en ai déjà parlé  ici . C’est un peu le besoin que j’ai ressenti ces derniers temps. J’ai tout d’abord entendu cette chanson d’un groupe que j’aime beaucoup Kitty, Daisy and Lewis qui m’a donné le sourire :

Pour me donner du peps, j’ai regardé des vidéos de danseurs de swing ! ( je m’y mettrais un de ces jours). J’ai marché dans un parc bien vert où coule un petit cours d’eau, à une heure encore calme et surtout pas trop chaude. Je suis allée fureter à la médiathèque, voici mes trouvailles : Minolta DSC J’ai racheté quelques plantes grasses. J’ai cousu et me suis préparé de bons petits plats. Je me suis laissé tenté par des gourmandises au magasin bio , des biscuits fourrés à la pâte de noisette et chocolat sans gluten, des boissons anglaises au gingembre et au sureau, et une boisson qui m’a intriguée , à la spiruline (ça a un gout de médicament, mais ça devrait me faire du bien):

Miam miam

Miam miam

Enfin j’ai fait le ménage dans ma tête et dans mon chez moi tout en me laissant porter par la fougue d’Izia:

Hissez haut ! Toujours droit devant.

Jour pluvieux Jour heureux

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

jour de Pluie Dormance Petit chat Grain

« Il pleut, c’est malheureux il pleut » comme dit la chanson d’Emilie Simon. Et en plus, aujourd’hui nous sommes lundi ! Mais que fait Claude François ?

Début de semaine,on se retrouve tout mouillés. Voire pire, avec les chaussettes trempées ! Les gouttières débordent, les rigoles se changent en ruisseaux au courant impétueux. Le pigeon de la fenêtre d’en face, s’est prostré dans un coin depuis ce matin. Bien à l’abri, la tête rentrée et le corps en boule. Et si je faisais pareil ?  Un après midi à lire sous la couette, boire du thé bien chaud, cuisiner, finir de coudre mon dernier projet qui attend dans un sac depuis plusieurs jours. Rêvasser devant de vieux albums photos. Ou tout simplement fermer les yeux et écouter la pluie….

« Il pleut,

Il pleut sur mes pieds,

Il pleut sur mes pieds, mais je dors…

C’est la tempête dehors et moi je dors.

Elle a traversée le toit, le plafond,

Il y  a donc une fuite, mais je ne vois pas d’où vient cette goutte.

Et me voici sur la route…d’Oxford.

Mes draps humides m’ont fait flotter

sur la Tamise pour m’amener dans une rue peu éclairée.

Il pleut.

Réverbère au halo orangé

Je marche, je marche.

Je marche sous la pluie mais je n’ai pas de parapluie

Je n’ai pas peur de la nuit.

Puisque je respire la vie ,

Le macadam humide,

Les dentelles en façade.

Je suis comme chez moi

Et je ne me réveille pas. »     (écrit ;archive 2007)

Pour garder le sourire en ce jour qui nous ferait oublier le printemps, voici quelques musiques pour se réchauffer le coeur :

Sunshine Raul Midon

Knots Lisa Hannigan

Broad daylight Gabriel Rios

Happy C2C