Parc ProNatura

Durant mon weekend en Suisse à Yverdon les bains , j’ai découvert avec plaisir le Centre Pro Natura 

Ce parc où la sensibilisation à l’environnement est le maître mot est installé dans le château de Champ-Pittet, un très beau bâtiment construit en 1791 . Ce lieu met en avant les richesses de la nature à travers des expositions interactives , des sentiers thématiques et des jeux de piste didactiques et observatoires qui amènent entre autre à découvrir le plus grand marais lacustre de Suisse. Un lieu parfait pour petits et grands.

Champ-Pittet Suisse

J’y ai passé presque une journée entière, profitant de chaque sentier de découverte, et du soleil.

A l’entrée nous sommes accueillis par un magnifique hôtel à insectes, le plus grand que j’ai pu voir. Ainsi que des abris pour les pinces oreilles.

Un premier jardin s’offre à nous, Le jardin d’antan, avec une première enquête autour d’un petit hérisson. Nous retrouvons également des panneaux qui nous présentent plus précisément certainement fleurs, plantes ou arbustes. Les panneaux sont toujours en français et en allemand.

Autour du château on retrouve un poulailler, un jardin médicinal médiéval, un lieu de discussion à l’abris des arbres, le départ  pour d’autres sentiers pédagogiques, ainsi qu’un kiosque qui reçoit des expositions temporaires. Ici sur les papillons et leur évolution depuis leur état de chenille.

Plusieurs milieux sont mis en avant et expliqués, les marécages, les sous bois, les prairies , les vergers etc. Une magnifique ruche géante, nous ouvre la voie vers le sentier autour des abeilles et de leur ruches. On y découvre les différents types de ruches crées par l’homme qui existent, ainsi que le fonctionnement au sein de celles ci. Le rôle de chaque abeille tout au long de sa vie. J’ai trouvé les procédés pédagogiques utilisés, hyper intéressants et toujours différents. Ce qui fait qu’il n’y a pas d’ennui possible , c’est très interactif et innovant. On se prend au jeu, enfant ou non. Les illustrations sont toutes plus belles les unes que les autres, un travail très soigné de A à Z ! ( là c’est l’animatrice culturelle et fan de muséologie qui parle)

 

Après une belle balade, j’ai profité de la très belle librairie ( beaucoup trop tentante) du château, et de la cantine qu’ils proposent. Qui pour le coup, n’est pas trop trop chère (pour la Suisse). Un buffet, des tartes, des plats chauds végétariens ou non, plein de gourmandises à déguster, avec même des…chenilles grillées. J’ai passé mon tour sur cette découverte gustative, vous vous en doutez.

Et c’est reparti pour la découverte ! Cette fois si un peu plus en hauteur, au dessus du château, avec vue sur le Lac de Neufchâtel. On avance (ou pas) grâce à un jeu de l’oie, pour rejoindre le potager et les serres, où ont lieu des ateliers et des formations.

En plus de jouer, chaque panneau nous apprend beaucoup, des gestes verts pour protéger la biodiversité, ou des faits autour de l’écologie par exemple. Après le potager, nous longeons les champs pour une nouvelle enquête qui nous amènera dans les sous bois et enfin retrouver le château. Ces parcours nous poussent à réfléchir, à questionner les postulats actuels , mais aussi à ouvrir nos yeux avec plaisir .

Je vous invite donc à visiter ce parc, qui si j’ai bien compris n’est pas le seul de Suisse. Un super moment à vivre seul ou à plusieurs, en familles ou entre amis. L’engagement de ces parcs est global, et guide les visiteurs vers une vie plus respectueuse de l’environnement. Même en vous rendant aux toilettes, vous pouvez avoir sous les yeux des affiches sur la durée de vie des déchets dans la nature ou des astuces pour un jardin plus respectueux de la biodiversité. Pro natura met en avant la charte des jardins, une charte de bonnes pratiques à mettre en place dans nos carrés de verdure comme dans les lieux communaux, pour en savoir plus je vous conseille d’aller sur ce site.ou sur celui de d’energie environnement Mais voici en résumé ce que cela comporte :

  1. Laisser pousser et fleurir les coins de pelouse.
  2. Favoriser les arbustes sauvages indigènes et tailler la haie quand les oiseaux ne sont pas au nid (septembre-février).
  3. Créer des abris pour la faune : tas de branches, de feuilles ou de pierres.
  4. Maintenir des passages entre les jardins pour la petite faune.
  5. Renoncer aux herbicides et aux pesticides. Si nécessaire, utiliser seulement des traitements naturels. Ne pas utiliser de granulés anti-limaces au méthaldéhyde.
  6. Limiter l’éclairage du jardin pour ne pas nuire aux petits animaux.
  7. Ne pas installer de plantes exotiques envahissantes. Idéalement, se débarrasser de celles qui poussent déjà dans le jardin.
  8. Équiper le chat d’une clochette pour avertir les oiseaux de son arrivée.
  9. Respecter la loi sur les feux de jardin et éviter d’évacuer un tas de branchages ou de feuilles pendant la période de reproduction ou d’hibernation.
  10. Si on possède une piscine, prévoir une petite rampe de sortie afin d’éviter que des animaux s’y noient.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s