Atelier récupération de palettes

Je vous ai récemment parlé de L’éco-centre du Trégor , en juillet dernier j’ ai participé dans ces lieux ,à un atelier de création d’un séchoir à plantes à partir de palettes récupérées. C’est avec Guillaume Crnkovic , que j’ai été initié. Vous le trouverez sous le nom de Palette bretonne, pour voir ses réalisations.

Ce qu’il faut savoir sur les palettes : certaines sont consignées mais la plupart peuvent être récupérées auprès de magasins.Renseignez vous avant de les prendre. Bien que le bois utilisé pour les réaliser est de moins en moins traité. Il vaut mieux faire attention à la qualité de ce dernier. Pour cela, il faut ouvrir l’oeil, normalement, sur ce qui est écrit dessus (comme le port salut) . Si vous voyez le sigle HT, cela signifie que la palette a été traité thermiquement. C’est donc sans danger puisque sans produits chimiques polluants. MB signifie bromure de méthyle, un gaz toxique, à éviter.

Notre « prof » avait démantelé les palettes et prédécoupé certains morceaux pour gagner du temps. Mais il nous a montré comment enlever au mieux les clous sans abîmer les lattes . Tout en douceur et en force retenue avec un mini pied de biche et une masse en caoutchouc.

Lire la suite

Lecture verte #5

Voici deux lectures , que j’ai lu presque à la suite, et qui se font (tristement )écho.

ALGUES VERTES

Cette lecture m’a tellement chamboulée, que j’aimerais que tout le monde la lise. Cette bande dessinée, c’est une enquête, l’ histoire vraie d’une lutte depuis plusieurs décennies, d’un combat pour la vie, le respect de l’environnement mais aussi pour le bon sens. Où quand le profit rend tout silencieux. C’est l’histoire du désastre dû aux algues vertes en Bretagne qui polluent et qui tuent.

Cet ouvrage est issu de deux années de recherches de la part de l’autrice, et son sujet dérange tellement , que cette bande dessinée à été refusé sur différents salons du livre et a connu des bâtons dans les roues. C’est un sujet tabou, qui fait tâche (plutôt verte vous l’aurait compris) depuis quelques décennies. Ce reportage brise enfin le silence, en retraçant la chronologie de cette pollution depuis les années 60, quand les premières alertes concernant la dangerosité de la présence de ces algues furent proclamées.

Lire la suite

L’herbe de la Saint Jean

En juillet 2019,(temps où j’étais encore beaucoup en vadrouille) j’ai eu le grand bonheur d’être bénévole au festival de contes de Baden (Morbihan). J’ai pu profiter de certains spectacles, mais également d’une balade contée autour de la flore , qui regroupait conteurs et membres de l’association de botanique l’Asphodèle badennoise . Dont la devise est « Connaître c’est protéger ».

Contact L’Asphodèle badennoise. Mail : asphobad@gmail.com ; tél. 06 19 72 35 79

Durant cette balade, j’ai repéré quelques pieds de Millepertuis (aussi appelée Herbe de la Saint Jean, Herbe aux piqûres ou encore Chasse diable) . C’était l’occasion rêvée pour enfin tenter de faire une huile solarisée de cette plante. Etant donné que j’avais mon véhicule je m’étais dit que je pourrais tout de même laisser l’huile prendre le soleil, tout en étant itinérante. Ce que je voulais faire depuis quelques temps, surtout depuis mon stage dans la ferme de plantes aromatiques et médicinales Les champs de l’air. Et ayant déjà participé à des sorties sur l’herboristerie. De la vie dans nos montagnes et Récolte sauvage

En me servant de l’ouvrage 250 remèdes naturels à faire soi-même de Claudine Luu, qui est vraiment mon livre de référence car il est simple d’accès je vous en avais parlé ici : Se soigner au naturel .

Lire la suite