La Bretagne en hiver

Bon, il n’y a aucune chronologie dans ce blog ! Mais est ce bien grave ?  Donc voici la suite et fin de mon séjour breton de décembre. Je vais vous partager les bonnes adresses que j’ai croisé, les lieux à visiter, mais aussi les créateurs ou petits producteurs que j’ai découvert.

Après Brest, avec dans la poche du tartare d’algues Kerbriant et des chips de sarrasin Krips (tout local) je me suis rendue à Morlaix. Par le train. Direction l’auberge de jeunesse sous la pluie, j’ai fait une pause sous un joli lavoir pour pic niquer.

 

J’y ai trouvé pleins de bonnes adresses.

Le 1er lieu où je me suis rendue fut la librairie et salon de thé A la lettre Thé , un endroit super cosy avec une belle sélection littéraire. Avec un rayon de récits de voyage beaucoup trop tentant ! 🙂 J’y ai découvert les thés et tisanes bretons îlot_thé.

 

Plusieurs parcours sont proposés pour visiter la ville, vous pourrez trouver les circuits à l’office du tourisme, qui d’ailleurs contient de belles expositions gratuites sur l’histoire de la ville . En me baladant je suis tombée sur une chouette initiative à venir. Un magasin de vêtements d’occasion au kilo place des Jacobins ! A voir bien sûr le viaduc, la maison de la duchesse Anne, les nombreuses maisons médiévales, et surtout la maison à Pondalez.

 

Après cela, je me suis mise au chaud chez la Cantine des sardines, un des lieux proposant des plats végétariens et sans gluten dans la ville. Je me suis régalée pour un prix très raisonnable. Le lieu propose des livres à consulter sur place, il y a un coin jeux pour les enfants, et des créations d’artistes locaux ça et là dans le restaurant.

La Cantine des Sardines

Pour terminer la journée je me suis rendue à Roscoff par un bus qui fait la navette régulièrement. Je conseille vivement de vous rendre de ce village de corsaires et de marins.

Deux beaux magasins de créateurs se trouvent non loin de la maison à Pondalez. Deux artistes ont attirées mon attention : Nora Leschinski et Alice Heit.

Lors de mon séjour à Morlaix , je me suis rendue à la biocoop un peu à l’extérieur de la ville pour cuisiner à ma guise à l’auberge, et trouver du vrac ! Ca fait une petite trotte à pied, surtout si comme moi, la 1ère fois que vous vous y rendez vous vous perdez et faites un méga détour 😀  Pour finir, le lendemain de la mort de Johnny ( je n’étais pas vraiment au courant), j’ai régalé mes papilles chez L’Herbe en sol . Une cuisine locale, bio, de saison, au grès des trouvailles du marché et des possibilités sans gluten existent.

 

Après Morlaix , je suis allée à Concarneau. Une ville que je connaissais l’été, j’étais ravie de la vivre hors saison. J’ai logé à l’Auberge de Jeunesse, avec vue sur mer et bruit de vagues, c’était magique ! Je n’avais plus envie de partir.

Auberge de Jeunesse Concarneau

J’ai encore une fois beaucoup marché dès que le temps le permettait. A mon arrivée j’ai eu la chance de tomber pile durant le marché des producteurs locaux, principalement bio. En fin d’après midi, ce que je trouve très malin pour les personnes qui travaillent. Mais il faut savoir qu’il y a un marché couvert ouvert tous les jours, et un grand marché les lundis et vendredis matin également. Je me suis réfugiée à la bibliothèque comme à mon habitude (où il y avait une chouette expo photo sur les Roms), j’ai découvert un bouquiniste digne de la caverne d’Ali baba, avenue de la gare. J’ai pu faire une partie de mes courses pour compléter celles du marché, à la biocoop, qui est un peu à l’extérieur de la ville. Et surtout, j’ai fait un délicieux repas dans le restaurant végétarien  Ah! La belle histoire,  rue du Gal Morvan. Où j’ai mangé le meilleur « steack » végétal de ma vie ! sans rire.

Ah ! La belle histoire Concarneau

D’ailleurs en sortant du restaurant, mon attention a été attirée par une affiche de l’atelier des Goumandises sauvages de Michèle Malabous. Une bonne idée de sortie dans les parages.

Plantes sauvages Finistère

Concarneau regorge d’adresses que j’avais envie de tester, mais mon porte monnaie n’était pas trop d’accord. Sachez quand même , que si vous vous rendez hors saison à Concarneau, la plupart des restaurants restent ouverts. En tout cas au centre ville, pour ce qui est de la ville close, il est vrai qu’à part quelques boutiques de souvenirs. Le reste attend les vacances de printemps pour rouvrir. Mais c’était une vraie chance de profiter de ces lieux sans la foule de touristes habituelle.

Pour me réchauffer, je me suis rendue chez Comptoir et traditions un lieu gourmand, qui fait épicerie fine et salon de thé. Et propose plusieurs type de chocolats chauds et de friandises pour accompagner le tout.

Comptoir et traditions Concarneau

Sachez qu’il existe des navettes régulières entre Quimper et Concarneau à un prix modique, donc autant en profiter. Je n’ai fait que passer par Quimper. Mais je vous avais montré quelques images de cette belle ville ici  , j’espère pouvoir y retourner prochainement pour pouvoir plus en profiter.

La prochaine étape a été Pontivy, où je me suis retrouvée en carafe…Car l’auberge de jeunesse était en fait fermée les weekends sur cette période là. Sauf que ça n’était pas précisé sur le site. Je n’ai donc pas profité du tout de la ville, j’ai plutôt été en stress, pour trouver une solution, mais je vous en ai déjà parlé sur le blog. La ville est paisible et agréable, avec de belles façades et des rues pavées, traversée par le canal de Nantes à Brest, et surplombée par un château. J’ai profité du wifi, du Grand Café avec sa déco début 20ème, très chaleureux. Et j’ai pu apprécié leur magnifique et immense médiathèque , à voir ! Qui renferme des salles d’expo, un fablab, un piano sur lequel on peu jouer avec un casque etc Et des fauteuils tout ronds pour lire comme dans une bulle.

médiathèque de Pontivy

Le lendemain, la boucle est bouclée, je suis retournée sur Brest ( vous trouverez toutes mes bonnes adresses sur Brest => Découvertes Brestoises ). J’ai fini mon séjour en me rendant à Landerneau (en train, de Brest il y en a régulièrement) direction la fondation Helene et Edouard Leclerc, pour voir une exposition sur les année 80. Que j’ai adoré !! La cité landernéenne, elle même vaut le coup d’oeil, avec ses façades médiévales et l’estuaire qui entre dans le coeur historique, c’est une ville qui respire.

J’ai terminé ma journée à Plougastel-Daoulas. Où j’ai cru trouvé l’abbaye de Daoulas…raté. Mais cela m’a permis de manger une crêpe au sarrasin, et de repartir avec une tisane locale, pour la circulation sanguine, préparée et cultivée par Mallorie Beunes . 

En vous racontant tout ça, j’ai bien envie d’y retourner… Et j’espère en tout cas, vous avoir donné des idées de lieux à découvrir !

Kenavo 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s